Mise à prix... littéraire

Publié le par Maisondeliza

Depuis 1903 le Prix Goncourt est décerné chaque  année à un romancier censé avoir écrit le meilleur ouvrage de fiction de l'année.


Beaucoup d'entre nous se souviennent, entre autres,  de Marcel Proust (1919) - André Malraux (1933) et  de Marguerite Duras (1984). En revanche,  la plupart d'entre nous ont oublié: John-Antoine Nau (1903) ou Léon Frapié (1904).


En 2010 c'est Michel Houellebecq qui a remporté cet illustre prix avec son roman : " La Carte et le Territoire" (Flammarion).


 

Parallèlement au Goncourt, le prix Renaudot est attribué par un jury composé de 10 journalistes et de 10 critiques littéraires.


 Marcel Aymé (1929) et Louis-Ferdinand Céline (1932) ont été récompensés.

Germaine Beaumont (1930)  et Jean Rogissard  (1937)  aussi, même s'ils n'ont pas oeuvré pour la postérité.


  Le Renaudot 2010 a été  attribué à Virginie Despentes pour son roman

" Apocalypse Bébé " (Edition Grasset

 

 

 

 

"La Carte et le Territoire" met en scène un artiste plasticien dans le milieu de l'art-fric. Les personnages traînent leur ennui dans un monde froid où une panne de chauffe-eau semble être un évènement plus important que la mort aseptisée et programmée d'un père cancéreux. 

La vie du héros s'écoule, aussi palpitante que  la lecture d'une notice d'appareil photo japonais dont l'auteur nous fera la description sans nous épargner le moindre détail. Il rencontre Houellebecq qui se met en scène lui-même. Cette trouvaille ne suffira pas à donner du souffle au roman. Un  crime affreux, perpétré sur la personne même de l'écrivain viendra rompre la monotonie. L'atmosphère  du roman  basculera dans un univers  emprunté à celui des héros de Fred Vargas. Après une fin bâclée, je suis  sortie de cette lecture perplexe et vaguement écoeurée. La majorité des critiques a crié au génie.Le jury a délibéré en son âme et conscience. Croyons-le !


"Apocalypse Bébé", par contre, est un vrai polar, de bout en bout. On se balade entre Paris et Barcelone. C'est  rapide et violent. Il y a du rythme, du sexe et de la drogue. Les héroïnes  consomment et se consument. Elles  se balancent des baffes, des torgnoles, des  beignes et des mandales. Avec Virginie Despentes, faut que ça saigne! Elle n'y va pas par quatre chemins, ne fait pas dans la dentelle.  Même pour le style. Ce qui est bien c'est qu'on en sort sans beaucoup  d'état d'âme, comme les filles qui traversent ce roman. Juste le temps d'enfiler un blouson de cuir et le livre est déjà refermé. 

 

Que restera-t-il des livres de Michel Houellebecq et de Virginie Despentes dans 80 ou 100 ans ?

Nul ne sait.

S'ils résistent au temps, les lecteurs de l'an 2100 découvriront  alors que  les écrivains de 2010 étaient comme leur siècle : adolescent. Une époque du : tout, instantanément, à n'importe quel prix ...  même littéraire .

 


 

coin-biblio-2.JPG

Publié dans LA LIBRAIRIE

Commenter cet article

balladine 12/04/2011 10:49



Je ne lit plus les Goncourt, car dégoutée par le côté commercial et promotionnel. Je préfère musarder à la bibliothèque municipale ou je trouve de petits joyaux dont on parle peu...


Bonne journée



Maisondeliza 12/04/2011 12:42



Tu dois avoir raison ... ma curiosité me perdra .... Ceci étant je ne lis pas que les prix littéraires, heureusement ...



ignatius 22/02/2011 13:01



Beaucoup de gens dont j'estime le jugement littéraire m'ont recommandé "La carte et le territoire", dont un de mes anciens profs aux beaux arts (normal, il y parle de Jeff Koons); pourtant je me
suis arrêté à la première scène du livre, que je n'ai pourtant pas trouvée mauvaise, mais trop scolaire, avec une description facile. J'avais beaucoup aimé le Houellebecq des tout débuts, celui
de "Extension du domaine de la lutte", c'est à mon sens son meilleur roman, et de très loin. Les particules, bien que l'ayant lu facilement (ce qui n'est pas vraiment un gage de qualité) ne me
laisse aucun souvenir, et avec le temps je trouve ce livre plutôt mauvais (notre avis diverge donc sur ce point) et comme tu dis, dans cent ans, je ne pense pas qu'il en restera grand chose. En
revanche, ses poèmes sont excellents: "Le sens du combat" est un superbe recueil, si tu ne l'as lu je te recommande.


Despentes, je n'en connais que le personnage médiatique, je mabstiendrai donc de tout commentaire.


Tes critiques sont concises, sensées, intelligentes et intelligibles: si un jour je suis édité, je les redouterai. sourire.


belle journée à toi



Maisondeliza 22/02/2011 16:34



J'avais lu les poèmes de Houellebecq il y a très longtemps. Et c'est vrai que je les avais trouvés excellents;


Je pense qu'il s'est enfermé dans un système - un personnage fabriqué et que c'est sans doute cela, au fil de sa notoriété grandissante qui nuit à son écriture


Je sui avec attention ce que tu écris et j'espère qu'un jour tu seras édité. 



ignatius 21/02/2011 13:23



rebonjour Liza. Critiques intéressantes et bien formulées, là je rentre juste du tennis et la faim me travaille. Je reviendrai plus tard répondre plus dignement à ton article, et te faire ainsi
un 47è commentaire (mazette!!!!!! jamais vu ça!!).



Jacqueline/Mina 05/02/2011 21:01



J'ai toujours pensé que les "prix" étaient l'affaire des maisons d'éditions...



Maisondeliza 05/02/2011 21:10



A l'origine, non ...



LN04 05/02/2011 12:09



J'ai hâte de pouvoir lire La Carte et le territoire, mais avant de m'attaquer au Goncourt j'ai fini il y a quelques jours les Particules Elémentaires... A la fois brillant, fascinant et écoeurant
selon moi. J'espère aimer La Carte et le territoire, dont j'ai entendu cependant que le titre avait été "plagié" d'un autre roman de Michel Lévy. Un avis? des précisions?



Maisondeliza 05/02/2011 13:30



Les Particules élémentaires sont le meilleur livre de Houellebecq je trouve. la carte et le Territoire c'est beaucoup moins bon.


Je n'ai aps entendu parler de cette histoire de titre plagié par contre il a été reproché à Houellebecq de faire trop d'usage de Wikipédia